Haut comme trois POM.

Petite oeuvre multimédia – Gersende de jcbuchot  

Dans ce monde si vaste qu’est l’Internet, là où tout et n’importe quoi peut devenir un  » buzz « , une nouvelle tendance artistique voit le jour et commence à faire parler d’elle de plus en plus dans le monde de l’art, dans la photographie plus exactement. Une pratique qui allie divers médiums tels que la vidéo, la photographie, la création sonore et bien d’autres; les petites œuvres multimédias ou appelées plus communément les POM.

 -« Une POM hein? kézako? »–    Une POM, c’est LE nouveau moyen d’expression trouvé par les artistes pour faire passer un message à travers un montage vidéo. Ce qui est intéressant dans cette pratique c’est la  pluridisciplinarité dans laquelle elle s’inscrit, la réunion  de plusieurs corps de travail différent comme le photographe, l’ ingénieur son, un vidéaste travaillent ensemble afin d’illustrer un thème précis par le billet de la vidéo.
Une POM a pour but d’informer, elle se situe dans la même lignée que la photographie journalistique/documentaire ce qui d’ailleurs créer une polémique autour du status de ce nouvel objet, car la matière première d’une POM reste la photographie.A l’époque ou les petites œuvres multimédias a été créée (2005), selon le magazine Compétence Photo n°24 sept/oct 2011:

 » un groupe de dix photographes insatisfaits de la qualité des images présentes sur le web en France à cette époque ( montée du Front National dans l’opinion pu lique, rejet de la constitution Européen, etc.) a alors l’idée d’engager un projet culturel autour de la question  » France à quoi tu penses? » […] ce qui devait être au départ qu’une grande exposition photographique attire donc rapidement des créateurs sonores, des graphistes, des monteurs, des réalisateurs curieux d’explorer de nouvelles forme de représentation de la photographie et de l’image autour d’une réflexion commune « 

c’est le début des toutes premières POM.

L’utilisation des POM n’est pas encore unanime,en effet, énormément de photographes sont réticents face à cette nouvelle vague qui pourrait faire passer la photographie journalistique/documentaire comme obsolète, comme le dit Virginie Terrasse, photographe et directrice artistique  «  un mauvais travail photographique peut devenir une bonne POM « ( Compétence Photo n°24 sept/oct 2011 page 73)
des dires qui  peuvent résumer les craintes des photographes car bien que la photographie est (et restera) la matière première des POM, celle-ci se trouve relayée au même plan que la création sonore. Certains en arrivent à dire que ce n’est qu’une frustration de photographes n’arrivant pas à se faire publier. Le problème est bien présent, la place des petites oeuvres multimédias n’est pas encore bien définie.

Les thèmes que les POM abordent sont très variés ils peuvent parler  des aggressions que subissent les femmes sans papiers, le combat que mène une femme handicapée au quotidien ou bien encore de la vie d’actrice pornographique etc. les sujets peuvent être assez légers ou très sérieux mais ne doivent pas se perdre de vue lors de la création. Les POM se doivent de raconter une histoire par le billet de la photographie, du sons.

http://vimeo.com/4014505
Ce POM (Petite Oeuvre Multimédia) a été réalisé pour la chanson « Le fruit » du troisième album du chanteur et compositeur Renaud Papillon Paravel, « Au sommet de son arbre ».
Réalisation et Photographies: Virginie Terrasse
Dessins-Animations: Benoît Guillaume
Production Hans Lucas 2009

http://vimeo.com/6733793
Tu veux coiffer là ? de Hélène Jayet – Immersion chez les coiffeurs africains de Château d’eau dans le 10 éme arrondissement de Paris

http://vimeo.com/17152461
J’ai vécu et j’ai réussi de Vali Faucheux Georges,lauréate 2011du prix POM de FreeLens

On peut voir avec ces trois POM que les sujets sont totalement différents mais le fond reste le même, faire passer un message au travers de petites vidéos qui durent toutes maximum 5 minutes.
L’avantage des POM est de renouvelé l’utilisation de la photographie, comment la remettre à sa juste valeur lorsque les photos de mode et les photos d’illustrations ont le monopole du marché. Mais son principal atout est de questionner le role de la photographie documentaire dans notre société actuelle.

La réponse va de soit, il faut que la photographie documentaire s’allie avec d’autres médiums afin de la rendre encore plus  » marquante » est ce qu’apporte les petites oeuvres multimédias, un nouveau regard sur les documentaires a l’heure de l’hyper média où les réseaux sociaux fleurissent , Facebook, Google+ ou encore Youtube /Dailymotion/Viméo.Bien que la petite œuvre multimédia peine à trouver sa place dans le monde du documentaire son avenir n’en est pas moins prometteur.

Pour finir, le fait que les photographes créent avec d’autres professionnels de métiers différent cela me rappelle un peu la formation dans laquelle je me trouve actuellement, le master professionnel , création numérique et management d’images, qui inconsciemment (ou pas)nous fait travailler tous ces aspects de créations :sonore, vidéo,web master etc.  pourraient représenter non pas une finalité mais une direction vers laquelle se diriger, directeur artistique de POM.

Nicky Rasamoelina

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Haut comme trois POM. »

  1. Je ne connaissais pas cette dénomination de POM pour ce genre de vidéo, et pourtant j’en avais déjà vues. Ce qui les caractérise le mieux je pense c’est le fait d’obtenir des vidéos faites à partir de l’animation d’images fixes. Le parallèle avec le Master Création Numérique et Management d’Images est pertinent, sachant qu’il y’a un vrai travail à la fois de photgraphie, d’animation, de recherche de contenu et de design sonore… C’est effectivement intéressant à notre niveau où l’on est souvent amenés à produire des projets de collaboration mixant les compétences de chacun.

    D’un autre point de vue, le fait que ce genre de production soit reconnu peut aussi permettre aux personnes polyvalentes de créer leurs petites créations de A à Z et de les publier régulièrement sur une plateforme type blog et de se faire connaître par ce biais (démarche qui fait vaguement penser à celles des « podcasteurs » du net comme Cyprien, Norman & Co… d’ailleurs dans quel limite peut-on qualifier ces derniers « d’artistes » ? Ce thème m’inspire pour un article prochainement).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s