Le jeu vidéo : du régressif à un médium artistique ?

« Oeuvre audiovisuelle interactive et ludique dont le contenu est programmé et diffusé sur un support de stockage qui en permet l’affichage sur un écran, où le joueur contrôle l’action qui s’y déroule, à l’aide d’un périphérique de jeu, dans un but de divertissement ou de compétition. »

Le jeu vidéo évoque plaisir, détente,  enfance et surement pas le « sérieux » de l’art. Mais le jeu n’est plus fait uniquement pour la distraction des enfants. Le jeu vidéo est un réel phénomène de société qui touche toutes les tranches d’âges allant de l’ados geek au sénior qui veut entrainer sa mémoire. Le jeu vidéo fait désormais partie de la culture populaire.

Pour certains le jeu vidéo est un art à part entière. Or, à première vue art et jeu vidéo semblent deux domaines complètement différents. D’une part, car l’art semble devoir être quelque chose de sérieux qui ne laisse pas de place à l’oisiveté. D’autre part, l’aspect populaire pose problème. En effet, on a tendance à classer les choses populaires comme quelque chose de négatif ou du moins comme quelque chose qui a moins de valeurs.

Partant de là jeu vidéo et art ne peuvent pas évoluer dans la même sphère.

Cependant si l’on y regarde de plus près, on remarque que ce conflit entre la chose populaire et l’art s’est déjà joué il y a quelques années. D’abord avec le cinéma puis avec la photographie. On a finalement comprit qu’il peut y avoir de l’art dans ces médiums.

Ce qui fait du jeu vidéo une forme d’art c’est que les artistes choisissent de l’utiliser comme médium tout comme ils ont choisit d’utiliser l’appareil photo. Ce qui importe ce n’est pas tant l’objet mais ce que l’on va en faire. Ainsi on voit des artistes  qui détourne le jeu vidéo pour en faire autre chose comme l’américain Cory ARCANGEL qui jeté son dévolu sur Super Mario et propose une vidéo en 2002 où « il efface l’interface graphique pour ne laisser que les nuages ».

Image

http://www.youtube.com/watch?v=ZkkJaqBbXV8

De plus, l’attrait des artistes pour le jeu vidéo réside dans le fait qu’il offre des possibilités infini. Tout semble possible et l’on peut créer tout un monde avec ses propres codes. La limite peut par contre ce trouver dans la technique mais mis a part cela on peut tout modéliser de la façon que l’on souhaite. Ainsi les artistes s’accaparent des mondes virtuels comme « second life ». Récemment, la Gaieté lyrique à accueilli une télé-performance (performance faisant appel à des outils de télécommunication) «  Disorder Screen Control » porté par les artistes transmédia Claire SISTACH et Lucille HAUTE. Elles utilisent leurs avatars mêlant réel et virtuel. Cela contribue a montré que les frontières entre le réel et le virtuel tendent à disparaître ou tout du moins à être de plus en plus minces.

Image

Le http://vimeo.com/25483032

jeu vidéo ce n’est pas forcement une question d’addiction et de nostalgie de l’enfance mais c’est aussi une envie de partagé un loisir avec d’autre participant et l’on retrouve d’autant plus cela dans les jeu en ligne. En effet le jeu vidéo réuni un très grand nombre de personne autour de lui. Là encore on peut voir un aspect qui intéresse les artistes.

Des Mouvements comme « l’esthétique relationnel » travaillaient sur des modèles de sociabilité. Les artistes créer alors des dispositifs dont le but était la création de relation humaine et de favoriser les échanges sociaux. Dans ces dispositifs on retrouvé l’idée de meeting, de rendez-vous mais aussi de jeu. On voit donc que le jeu vidéo n’est pas si loin de ces dispositifs.

Le jeu vidéo c’est aussi une capacité d’immersion étonnante. Le joueur se sent happé dans le monde virtuel à l’aide du rImageéalisme certes mais aussi grâce aux musiques, bruitages et à l’interactivité. On est là aussi par ce phénomène pas loin de l’art et de l’interaction créé entre le regardeur et l’œuvre.

En ce qui concerne le fait que le jeu vidéo soit un art à part entière, un dixième art, la question reste ouverte. La difficulté à définir cela réside peut être dans la définition de ce qu’est l’art.

Toutefois, le jeu vidéo prend sa place dans la société. Des expositions sont réalisées et un musée a ouvert ces portes le 14 avril 2010. Les formes d’art lié au jeu vidéo sont elles de plus en plus nombreuses.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le jeu vidéo : du régressif à un médium artistique ? »

  1. Bonjour,

    Je travaille à Newsring.fr, le site de débats lancé par Frédéric Taddeï, je me permets de vous contacter car nous venons de lancer un débat auquel nous souhaiterions avoir votre contribution afin d’éclairer nos internautes :

    Le jeu vidéo est-il un art ?

    Pour participer, il suffit de se connecter sur le site (à l’aide de Facebook, Google+ ou LinkedIn) et de cliquer sur “contribuer au débat”. Je peux aussi vous créer un compte sur Newsring, indépendant des réseaux sociaux cités, si vous le préférez.

    Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me recontacter.

    Cordialement,


    Jérémy Fregefon
    Community Manager à Newsring.fr
    153 rue de Rome
    75017 Paris

    Facebook : Newsring.fr
    Twitter : @Newsring_fr

  2. « Ce qui fait du jeu vidéo une forme d’art c’est que les artistes choisissent de l’utiliser comme médium tout comme ils ont choisit d’utiliser l’appareil photo. »
    Cette phrase résume bien la situation actuelle qu’occupe numérique et ainsi du jeux vidéo dans le monde de l’art. Le jeu vidéo peut alors devenir le médium premier de l’œuvre. Pour expliciter mon propos je citerais l’œuvre d’un artiste présent lors du Festival Gamerz 2012, il s’agit d’Hommage à New York de Florent Deloison. En effet le jeu vidéo, ici le casse brique, devient l’élément principal de l’œuvre mais le but premier de cette dernier est de détruire le code qui permet d’y jouer.
    Une seconde phrase de l’article serait intéressante de mettre en évidence c’est « Le jeu vidéo c’est aussi une capacité d’immersion étonnante. » Effectivement avec l’utilisation du jeu vidéo l’artiste plonge le spectateur dans un univers a part entière et ainsi peut on faire la rapprochement avec des installations artistiques dans lequel le spectateur interagirait avec l’œuvre elle même. Avec le jeu vidéo comme médium artistique c’est le rapport ouvre/spectateur qui se modifie pour ne faire plus qu’UN!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s