Stocker ses données en ligne, avantages et risques

Nous savons tous à quel point il est pratique de pouvoir stocker ses données dans le « nuage ». Conserver ses données uniquement chez soi peut s’avérer dangereux en cas d’incendie, de casse, de vol ou même de perte, même si celles-ci sont réparties sur différents supports. La seule façon de se prémunir de cela est de conserver une copie en ligne de ses données. Je tenterai dans cet article de faire une synthèse des arguments pour lesquels stocker ses documents en ligne est un véritable avantage, et dans un deuxième temps de modérer ces propos par la prise en compte des risques que cela comporte.

Le premier avantage certain est celui de pouvoir accéder à ses données depuis n’importe quel ordinateur. Plus besoin de transporter ses données avec une clé USB limitée en taille et non adaptée à tous les supports (beaucoup de tablettes tactiles n’ont pas de port USB par exemple). Depuis son lieu de travail, sa famille, ou depuis une cyber-base, nos fichiers restent accessibles tout le temps.

Pas de contrainte matérielle non plus puisque ordinateurs, tablettes et smartphones peuvent accéder aux fichiers stockés en ligne. Par exemple, on peut mettre en ligne des photos sur Flickr depuis un ordinateur sous Linux, les synchroniser sur sa tablette iPad ainsi que sur son smartphone Windows Phone pour pouvoir les retrouver.

Le service en ligne enlève donc la contrainte physique du support car tous les appareils n’ont pas de port USB ou d’emplacement de carte mémoire (c’est ce qu’on appelle la dématérialisation du support) ainsi que la contrainte du système d’exploitation (les fichiers d’un disque dur formaté sur Mac ne pourront pas être lus sur Windows par exemple).

De même, il y a la possibilité de partager ses données plus facilement et plus rapidement. Prenons l’exemple de service en ligne spécialisés dans le partage des photos comme Picasa ou Flickr. Ils permettent d’importer en ligne ses photos puis de définir à quelles personnes l’on souhaite les rendre accessibles. Ainsi, plus besoin d’envoyer plusieurs fois les mêmes photos par mail à des personnes différentes.

Aussi, le cas du partage de ses favoris internet est intéressant. L’exemple de « Firefox sync » le montre, ce service permet de synchroniser ses favoris entre différents ordinateurs sans que l’utilisateur n’ait à les sauvegarder puisque tout se déroule de manière transparente).

Enfin, de nombreux services permettent aussi d’éditer nos fichiers en ligne, comme Windows Live Skydrive ou Google Documents qui offre la possibilité de stocker bien sûr, mais aussi de créer et d’éditer des fichiers de bureautique (traitement de texte, tableur…) directement depuis son navigateur web, sans avoir besoin d’un logiciel de bureautique installé sur son ordinateur.

Le stockage en ligne peut être considéré comme une solution pour protéger ses données, d’autant plus que le support n’est plus accessible physiquement chez nous. Ceci dit, la sécurité réelle de nos données stockées en ligne est très variable, suivant le type d’offre. Le protocole de communication sécurisé est parfois facturé à part.

Beaucoup de points négatifs s’ajoutent à cela et demandent aussi à être pris en compte pour pouvoir stocker nos fichiers en ligne « en connaissance de cause ».

En effet, nos fichiers ne sont pas à l’abri d’un piratage. Même si à première vue la sécurité mise en œuvre par des services en ligne comme ceux de Google et Microsoft semble bien supérieure à celle que nous utilisateurs aurions mise sur notre propre ordinateur, la réalité est tout autre. Les pirates chercheront beaucoup plus à nuire à ces deux géants qu’à notre petit ordinateur. Pourquoi ? Parce que ces services en ligne concentrent des informations sur des millions d’individus et que nos données sont susceptibles d’être revendues par la suite pour être utilisées à des fins marketing par exemple.

L’utilisateur n’a pas la certitude de la pérennité du stockage de ses données dans le temps. En effet, lorsque nous mettons en ligne nos fichiers sur un serveur à distance, nous déléguons la surveillance et « l’entretien » de nos données à ce service. Certains services en ligne peuvent  faire une copie en deux exemplaires de nos fichiers néanmoins. Enfin, un service en ligne peut très bien être fermé du jour au lendemain : l’exemple récent de Megaupload nous le montre.

Le prix au giga octet est encore bien plus cher qu’une solution de stockage sur disque dur externe. Un disque externe de 500 go coute environ 60 € en une seule fois. A titre de comparaison, un service de stockage en ligne comme Dropbox offre 50 go pour 10$/mois ou 100 go pour 20$/mois…Heureusement,  la concurrence arrive et va faire baisser les prix avec Microsoft et Google. Le service SkyDrive du premier offre 25 go gratuit à ses utilisateurs qui pourront obtenir 100 go supplémentaires pour 50$/an…Quant au service Gdrive de Google, il sera annoncé sous peu.

Un autre problème de taille se pose : une vitesse de transfert encore trop handicapante. Si la sauvegarde sur disque dur externe devient de plus en plus rapide avec l’arrivée de l’USB 3, la sauvegarde en ligne a les contraintes du réseau ADSL. En effet, alors que les vitesses de réception sont rapides (jusqu’à 20 méga), les vitesses de transmission de données sont très limitées (de l’ordre de 1 méga) ce qui est un véritable frein à l’utilisation des services en ligne, en particulier lorsque l’on a besoin d’envoyer des fichiers lourds (vidéo par exemple)… Il faudra attendre la démocratisation de la fibre optique – pas prévue avant 2020 pour la majorité des français – pour que l’envoi de données sur Internet devienne accessible à tous (environ 50 méga en vitesse de transmission).

Quelques liens utiles :
Prix actuels pour les abonnements dropbox
A propos de skydrive
Exemple de différence de débit chez Free entre l’ADSL et la Fibre optique

Je conclurai en disant que malgré les risques et les contraintes évoqués précédemment, la convergence de l’utilisation des données  et des applications sur Internet est l’avenir de l’informatique. Google vient de sortir son premier ordinateur, le Chromebook, qui ne peut être utilisé que relié à Internet puisque toutes ses applications dédiées (Gmail, Gdocs, Maps,…) sont sur Internet. Bien sûr, cet ordinateur est encore en avance sur son temps, mais il illustre bien l’avenir de l’informatique.

Le bureau « en ligne » de Chrome OS sur le Chromebook

Quant à Microsoft, Windows 8 qui arrive en fin d’année fera le lien entre notre ordinateur et son service de stockage SkyDrive : nos fichiers et dossiers pourront être synchronisés automatiquement  sur un serveur à distance à l’autre bout de la planète…

Les dossiers synchronisés de Windows 8 avec SkyDrive

Publicités

Une réflexion au sujet de « Stocker ses données en ligne, avantages et risques »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s