– FRP2 ou l’Art de changer le réel –

     La Galerie Gourvennec Ogor, a eu la joie de recevoir en ces murs, la première exposition en France du duo italien – FRP2 – qui nous vient de Milan, composé de Filippo Piantanida et Roberto Prosdocimo. Ces deux dénominateurs d’espaces, présente leur dernier projet d’étude,  » Normal Generic Landscapes  » qui est une retranscription d’espaces, de paysages urbains ou naturels, familiers ou pas, auxquels ils ajoutent des éléments et rajoutent des assemblages particuliers, qui troublent voir qui perturbent la vision du spectateur. Chaque premier regard nous conforte dans notre appréhension, mais plus l’on s’approche et plus le doute s’installe. L’incertitude d’avoir bien compris l’œuvre dans sa globalité. Le paysage ne nous est finalement plus aussi familier qu’il ne nous paraissait au premier coup d’oeil. C’est la toute la force du duo, nous confondre dans un perpétuel questionnement sans réponse.

.A l’origine

     Deux jeunes photographes, qui se rencontrent à l’âge de 20ans, à l’école de photographie de Milan (IED). Ils sont passionnés depuis leur plus jeune âge par la photo, mais pour des envies, paradoxalement communes. En effet, en ce qui concerne Filippo Piantanida, il a était amené à voyager en Russie et en Asie, en solitaire, c’est là que son amour pour la photo c’est développé. Comme un besoin de devoir le raconter une histoire sur un cliché.Tandis que pour Roberto Prosdocimo, lui c’est vu offrir un appareil photo, par son oncle, alors qu’il n’avait que 12ans. Dès lors, il se prend au jeu de photographier, tout ce qui l’entoure, son quotidien, sa famille, ses amis… il met sa vie en photo, pour raconter son histoire. FRP2 est donc un duo d’artistes, narrateurs photographes, qui s’interrogent sur l’évolution technologique de leur médium, la photographie.

 Leur travail va puiser sa source dans une réflexion autour du concept de paysage et de relation entre homme et paysage, ce qui par la même occasion pose le questionnement du regard sur l’espace. Cette réflexion sur l’espace à était antérieurement exploré, avec « Untitled », grâce aux nombreuses opportunitées expressives offertes à la photographie.

 Mais aussi en 2009, dans une série intitulée « Atto » (qui signifie « Acte » en italien), un travailspécifiquement technique, principalement en intérieur, dans des lieux prestigieux (Théâtres, musées, grands hôtels), tous sélectionnés pour une symétrie particulière parfaite. L’espace est régulièrement dédié à une ambiance baroque, poétiquement abstraite, avec pour mise en scène, des enfants prenant la pose, de façon à ce qu’ils aient l’air sérieux, détachés voir inquiétant.

.Indicible & Imperceptible

     Cette fois-ci le duo italien, souhaite voir disparaître (presque totalement) les personnages, pour que seules les architectures, résident. Ils nous proposent un univers, une ambiance, un monde, complètement décalé, qui représente du concret dans un abstrait qui nous trompe. Grâce à la présentation de leurs photographies sur grand format (180×260≈) ils nous transportent dans des endroits familiers qui n’existent pas, comme quand on passe devant la photographie ci-dessus. Par expérience, quoi de plus normal que de penser que c’est une photo à peu près banale, du Vallon des Auffes à Marseille. Mais après avoir minutieusement analysé l’image, on s’aperçoit que bons nombres des architectures présentes, n’existent en réalité pas, certaines se retrouvent dupliquées, d’autres effacées, voir modifiées. Pour reprendre les dires du duo, « Tout ce qu’on voit est réel, on n’invente rien, tout est déjà là« , expression contemporaine proche de la Maxime de Lavoisier, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme… » subtil idée qui quand bien équilibrée, permet de reconnaître sans identifier. Le premier regard nous trompe, le deuxième nous fait réaliser, mais entre les deux, l’instant du doute. Et pour chacune des photographies de la série, c’est le cas, on pense savoir mais, on ne sait rien…

On est acteur d’une balade virtuelle, dans des endroits dit « normaux », d’où le titre de la série (traduit) « Paysage Générique Normal », dans lesquels notre regard mis en questionnement, se perd entre ce qui est vrai, de ce qui est faux. Pris au piège de nos habitudes ou de notre conformisme, on en oublierait presque que tout l’intérêt du travail des FRP2 est de créer un paysage en tant qu’espace infini pour qu’il soit par la suite définie par nos facultés d’observateur. À partir du moment où ses limites extrêmes sont établies, on dénote « un début » et « une fin », c’est ce qu’on peut appeler aussi concept de photo-réalité. Le regard cherche toujours à déchiffrer l’énigme !

     J‘ai pu lire un jour, la citation d’un écrivain et réalisateur français, Didier le Pêcheur, « La photographie contraint la réalité à n’avoir pas d’envers » mais avec le recul, après avoir vu cette exposition, j’ai le sentiment que la photographie puise sa richesse dans sa liberté, ici plus qu’ailleurs encore, avec un paysage qui n’a ni endroit, ni envers, juste le sens de faire voyager l’esprit. De la campagne italienne de « ByAppointementOnly », au quartier chinois de « DieHard », en passant par le centre d’affaire Parisien « PanicRoom », chaque atmosphère choisis par le duo Milanais nous intrigue autant que cela nous surprend.

– Valentin Ciani

Advertisements

2 réflexions au sujet de « – FRP2 ou l’Art de changer le réel – »

  1. Bonjour, Je suis en train d’écrire le prochain article de notre blog, chronique de MP2013, et je vous remercie pour celui-ci, qui me permet de mieux comprendre mon choix de l’oeuvre « Atto Violento », et le travail de FRP2 en globalité, et de l’expliquer. Et qui me fais regretter de ne pas être aller voir l’expo. Laure

  2. Ping : Capitale(s) en question | L'Œil et l'Esprit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s