« Le sacre de l’amateur » de Patrice Flichy

« Le sacre de l’amateur, sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique »

« Les quidams ont conquis internet ». Voici comment Patrice Flichy, professeur de sociologie, ouvre son propos sur l’explosion des pratiques amateurs sur le web.

L’auteur analyse ce phénomène comme une « révolution silencieuse » puisque menée de front par des amateurs, dont la pratique est au cœur du medium (et non plus marginale comme pouvaient être les pratiques qualifiées amateurs : radio, fanzine…) et dont le nombre a fini par constituer la force.

Le sous titre quant à lui relève d’un certain oxymore illustrant son propos : « les passions ordinaires » ; la passion ne peut par définition s’accorder d’un tel adjectif. Elle devient ordinaire dans le sens d’une relative universalité, c’est là qu’entrent en jeu les amateurs : par leur nombre, la quantité de savoirs échangés, de culture ou d’opinions partagées, leurs pratiques peuvent atteindre des sommets d’originalité et leurs connaissances frôlent l’expertise, au sens du savoir acquis par l’expérience.

L’amateur se rapproche du professionnel tout en ayant une pratique de sa passion dans la sphère privée, l’auteur nomme ce nouveau statut le «  pro-am » (professionnel-amateur), qui peut rassembler les deux statuts de l’amateur : celui qui pratique de manière non professionnelle et celui qui se passionne pour quelque chose.

Trois axes sont développés pour ces pratiques amateurs sur le web : la culture, la politique, le savoir.

L’auteur nourrit son propos de nombreux exemples : il cite les plate formes Myspace et Flicker pour le partage de création artistiques, évoque la figure du fan, créateur de « fan fiction » (fiction dérivées) ou autres « song fic » (collages audiovisuel de type clip avec les images d’un film ou d’un jeu vidéo); pour la question politique, il évoque l’existence de pétitions en ligne et l’exemple de « Madrid Participa » qui permet aux madrilènes de s’exprimer sur différents sujet de société par un système de vote en ligne ; pour le partage des connaissances, il analyse entre autres l’exemple de Wikipédia.

Les pratiques des amateurs participent à leur construction identitaire et à une démocratisation des connaissances, mais l’auteur émet quelques réserves sur ce point : la pratique de l’auto-apprentissage peut être naïve et s’appuyer sur des informations difficiles à vérifier. La question de la qualité des productions est également abordée : dans cet univers non élitiste, toute création, du meilleur au pire, a sa place ; cependant la finalité n’est pas l’objet en soi, mais le partage d’une réalisation personnelle, le suivi d’un processus, le plaisir du faire.

L’auteur survole ainsi un échantillon des différentes pratiques amateurs qui ont explosé grâce au web ; le livre foisonne d’exemples et de références à d’autres auteurs qui poussent la réflexion sur un point précis. Il s’appuie également sur des nombres et pourcentages de la répartition de ces pratiques chez les Français ou dans le monde, mais l’accumulation de ces informations vient parfois obscurcir la lecture plutôt qu’éclairer le propos, il est difficile de se faire une idée, une analyse par tranche d’âge aurait peut être été plus claire. Le contenu est très accessible mais n’apporte pas un éclairage précis sur ces pratiques ; il s’agit plus d’un catalogue des différents statuts que peut prendre l’amateur et des différents domaines qu’il investit, nous donnant les moyens et l’envie d’aller en découvrir plus par nous-mêmes.

Patrice Flichy nous propose une vue d’ensemble des pratiques amateurs, chacun pourra se reconnaître dans un de ses chapitres ; le simple fait de publier sur ce blog nous inclut dans son ouvrage. Il écrit en quatrième de couverture « un nouveau règne s’annonce, qui brouille toutes les frontières : celui du pro-am (professionnel-amateur), expert autodidacte, citoyen-acteur, créateur à part entière ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s