Humain augmenté … vers un transhumanisme sous condition générale de vente ?

Concept de tatouage vibrant de Nokia. Source USPTO

Le mois dernier la presse spécialisée diffusait l’information selon laquelle Nokia vient de breveter un concept de tatouage vibrant permettant aux futurs utilisateurs de leurs téléphones portables d’être avertis directement sur la peau en cas d’appel. Gadget me direz vous ? Certainement … mais si cela vous paraît totalement inutile pour d’autre cela sera totalement indispensable. Cette connexion supra-cutanée est encore bien loin de tout ce qu’a imaginé la science-fiction et l’anticipation en terme d’interface homme-machine. L’on ne parle pas d’implants sous-cutanés ou intra-craniens comme il en existe déjà dans de nombreux laboratoires depuis de nombreuses années, mais jusqu’à présent principalement limités à des test sur des animaux.

Extra Ear London, Los Angeles, Melbourne 2006 fot. Nina Sellars. Site : http://stelarc.org

Dans le domaine de l’art contemporain, la prothèse auditive de Stelarc provoque bien des sueurs froides, pourtant l’on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec le brevet de Nokia. Un peux comme si ce dernier était à l’artiste ce que le tatouage au henné est au tatouage artisanal à l’aiguille. Même si l’idée de la greffe technologique aussi légère soit-elle n’est pas encore prête à prendre dans l’opinion en 2012 il n’est pas sure que cela soit toujours ainsi, car en matière de libre choix et d’acceptation des pratiques il est évident que jamais rien n’est écrit à l’avance.

Dans le documentaire diffusé en 2011 sur FR2 intitulé « Un Homme presque parfait » l’on reviens sur toutes les avancées en matière de prothèses orthopédiques qui ne sont plus de simple membres artificiel inertes. Actionnées par des moteurs toujours plus légers et miniaturisés et surtout assistées par ordinateurs de façon « intelligente ». En plus de permettre à de nombreuses personnes de retrouver une vie active et d’alléger du poids du handicape, le constat est que déjà les résultats de ces prothèses dépasser les performance du membre humain qu’elles remplacent en terme de performance ( principalement de rendement et pas de dextérité ). En effet les limite biologique et motrice d’un humain étant parfaitement connue et limité, celles de la robotique et de l’assistance informatique sont encore inexplorés et les perspectives dépasse celle du corps humain dans bien des cas … Un bras de fer avec une machine outil ? Certainement pas. Un concours de tir à l’arc avec un ordinateurs de calcule de trajectoire de missile ? Bonne chance !

Un homme presque parfait – Bande Annonce

Dans un monde idéal, l’on ne pourrait voir que des avantages à ces progrès, que cela soit d’un point de vue médicale, productif ou même humain permettant ainsi à de nombreuses personnes handicapés de (re)trouver une place dans une société qui a parfois du mal à faire les concessions et aménagements nécessaires à la vie quotidienne. Société qui de plus cultive un culte à la performance et au corps parfait et normé. Par exemple l’athlète Aimee Mullins, amputée des deux jambes dans son enfance, est aujourd’hui une égérie de mode et un véritable sex-symbol. Evidemment l’on pourrait y voir une forme de fascination pour l’esthétique du corps amputé qui n’est pas nouvelle, mais ce qui l’est bien plus c’est que la diminution physique soit perçu comme un « avantage » ou une « amélioration ». Même si les gens sont pleins de bon sentiments et d’admiration pour la ténacité et les performances de ces hommes et de ses femmes, il se profile la crainte que cultive l’homme 1.0 depuis les débuts de l’ère mécanique et industriel d’être dépassé et contraint à s’adapté ou disparaître face un homme amélioré artificiellement.

Aimee Mullins. Site : www.aimeemullins.com

La polémique autour de la possible participation de Oscar Pistorius, un autre atlhète amputé des deux jambes, sous prétexte que ses lames de haute technologie lui apporterai un avantage majeur sur un coureur valide, montre bien le renversement de perception qu’il y a de ces humains « remis à niveaux » physiquement qui provoquent des sentiments aussi ambivalents que l’admiration, l’envie ou la peur chez leurs semblables seulement valides.

Oscar Pistorius "Blade runner", arrivé 3e en demi-finale du 400 m aux Mondiaux d’athlétisme en 2011 , Martin Meissner / ASSOCIATED PRESS

Car bien que cela nous paraît comme une folie de penser qu’un jour des personnes puissent se faire amputer volontairement afin d’en tiré un avantage, l’on sait que nombre de nos pratiques et de nos modes de vies nous sont dictés avant tout par la nécessité et des obligations sociales ou morales. Par exemple, des millions de personnes à travers le monde travaillent dans des milieux où une mort plus ou moins brutale les menaces à chaque instant pour toucher un salaire tout autant vitale, nous même au quotidien l’on prend notre voiture même si l’on se dit écologiste, l’on porte des vêtements frabriqués dans des conditions sociales douteuses par absence de choix ou de moyens alors que

Robocop - Paul Verhoeven, 1987, Orion Pictures

l’on est sincèrement très préoccupé par des questions politiques ou de droit du travail. Mais c’est dans le domaine de la sécurité et militaire que ce genre de pratique à des chances d’apparaître drapé du mythe du super-soldat ( Capitaine America, Wolverine, etc ), des sacrifiés volontaire à l’augmentation, par devoir et respect de l’autorité. De la même façon que l’unité motorisé à d’abord changé nos champs de batailles avant d’envahir nos routes, l’humain 2.0 fera peut-être de même.

Masamune Shirow dans sa saga ( manga et adapté en animé ) « Ghost in the Shell » développe, entre autre, ce thème d’une société ou l’intégration sociale et professionnelle se fait via les amélioration robotique et cybernétique qu’un individu accepte de réaliser ( que l’on retrouve dans le roman d’anticipation Neuromancer de William Gibson ), le tout le plus souvent gracieusement « prété » par son employeur qu’il soit privé ou gouvernemental. Pour faire face à des criminels, mais surtout des organisations étrangère ou des ennemis de l’intérieur de l’ordre établi, le major Motoko Kusanagi a sacrifié jusqu’à la dernière cellule biologique qui la constituait, au point de douter de sa condition d’être humain cybernétique ayant été un jour fait de chair et de sang ou de machine au cœur de laquelle l’on a introduit les souvenir d’un humain. Togusa le seul membre entièrement biologique de sa brigade refusant la cybernétisation de son cerveau est perçue comme l’anomalie, un individu diminué que l’on garde au cas où une menace spécifiquement informatique se présente, un peux comme les armements conventionnel que l’on stock au cas ou de défaillance technologique dans des dépôts.

Ghost in the shell : Stand Alone Complex – Solid State Society.

Un jour peut-être il sera demandé à nos agents de polices ou militaires, de porter un tatouage Nokia afin de gagner en réactivité ou d’amélioré les communications opérationnelles, et ensuite cela sera les unités de secours et de santé, puis nos agents de caisses et toute personne soumise dans son travail à des questions de productivité et de performances.

Mais cette vision classique d’une évolutions des mentalités et pratiques par le sommets de la société ( personnalités , défense, sécurité, santé, travail etc ) ne prend pas en considération les changement en terme de consommation de masse qui peuvent partir de la base. Qui aurait pu imaginer il y a 20 ans du caractère vitale qu’a acquis aujourd’hui nos téléphones portables ? Internet ? Aujourd’hui nos smartphones et demain ce qui leur succédera. Une mutation par la base encouragé par des consortiums qui naissent et grandissent de l’apparition de ces nouvelles pratiques et besoins.

First World Problem : Pas d’IPHONE à noel. Jonathan Mann

Eric Emerson Schmidt, né le 27 avril 1955, à Washington D.C.1 a été le CEO (PDG) de Google de 20012 au 4 avril 2011, date à laquelle il devient executive chairman et est remplacé par Larry Page, co-fondateur de Google. ( wikipédia )

Eric Schmidt l’un des présidents de Google, surtout connu dans le grand publique pour ses déclarations décomplexés sur l’industrie et la prospective en matière de numérique, appelle dans ses conférences à un transhumanisme que des compagnies tel que la sienne seraient entrain d’inventer et développer dans leurs laboratoires. Mais ici il ne s’agit pas simplement d’interface externes ou même greffés au corps humain mais bien d’une augmentation des capacités de notre cerveaux via des applications. Vous l’aurez compris, nos moyens d’accès à internet via téléphone en sont les prémisses, et déjà les problématique de cet état de fait se pose par exemple dans le domaine de l’éducation : pourquoi demander à un adolescent de connaître une date d’histoire importante quand il peut avoir une réponse bien plus sûre et documenté via une recherche wikipédia ? Parcqu’il peut ne pas avoir son téléphone ou internet ? Parcque c’est plus rapide de le savoir que de faire une requete ? Mais que se passera-t-il quand cette requête se fera automatiquement sans que l’on ne la demande et que la connection au réseau sera neuronale et instantané?

Eric Schmidt à la conférence Techonomy 2010

Avoir accès à tout instant à toute la connaissance mondiale, connaître toutes les langues, savoir tout sur tout via une automatisation de la recherche et de l’accès à des bases de données et des mémoires externes, et même des capacités inédites tel que savoir prédire les besoins ou les actions d’autrui via des analyses statistiques en temps réel … voilà peut-être l’étape ultime de l’augmentation humaine. Eric Schmidt dans une de ses conférences nous dit que cela est déjà possible mais freiné par des considérations tel que « le respect de la vie privée » qui pour lui disparaitront avec un changement générationnel, nous promettant un futur radieux où tout nos besoins seront anticipés. L’humain augmenté est aussi un humain analysé, sous surveillance et toujours connecté, l’ombre du « Meilleur des mondes » de Aldous Huxley est bien là. Même si l’on sait éviter les pires scénarios paranoïaque ou d’anticipation le cœur de la problématique de l’externalisation et de la cybernétisation de l’individu reste et nous renvoi à des questions existentielles universelles et amplifiées par la confusion de l’être à un tout.

BEN CHABA Julien.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Humain augmenté … vers un transhumanisme sous condition générale de vente ? »

  1. Cet article étant des plus intéressant, avec le temps nous pouvons maintenant voir que la société actuelle n’est pas encore prête pour ces nouvelles technologies. Nous partons droit dans un scénario proche de la série des jeux vidéos « Deus Ex » (http://www.jeuxvideo.com/jeux/pc/00027531-deus-ex-human-revolution.htm), cette suite de jeux à comme contexte, un univers cyberpunk où la société se divise en deux, autour de la peur des gens sur l’évolution humaine entre la robotique pour permettre de soigner ou simplement d’augmenter les êtres humains, et les humains normaux, mais cela crée des manifestations, de nombreux articles et des lois interdisant l’utilisation d’appareils mécaniques, mais aussi l’accès à des lieux publiques au personnes utilisant ces appareils.
    Aujourd’hui, nous pouvons voir des procédés de ce type pouvant être vitaux pour les êtres humains, tel que les cœurs artificiels, qui sont viables et marchent parfaitement dans le corps humains (voir article http://www.liberation.fr/societe/2013/12/29/le-patient-au-coeur-artificiel-se-porte-aussi-bien-que-possible_969482), On voit aussi la possibilité de créer des cœurs chez soi, avec une imprimante 3D qui pourrait durée 10ans. Tout comme les poumons et les reins crées récemment.
    Mais le cas le plus critiqué reste tout de même celui des lunettes connectées perméttant d’avoir d’avoir les informations de son téléphones tel que les recherches internets, les communications mais aussi le GPS, ainsi que la possibilité de faire des photos ainsi que des vidéo où même des conversations en vidéo-conférence. Les plus présentes dans l’actualité en ce moment sont celles de Google, qui sont déjà sorties au stade expérimental pour une poignée de personnes, mais qui sont prévues pour le grand publique dans les mois à venir. Les autres grandes compagnies ont déjà prévu leurs montures, dont une compagnie française avec un financement sur kickstarter. Certes ces montures ne sont pas implantées dans la tête mais en extérieurs, mais cela va avec une certaine évolution où Google nous as déjà présenté des lentilles de contacts connectées. (http://www.journaldugeek.com/2014/01/17/google-lentilles-connectees-diabetiques/) Celles-ci permettraient aux diabétiques de pouvoir mesurer leurs taux de diabète en tant réel. Mais Google parle déjà d’un portage, et serais en train de plancher sur de futures possibilités d’affichage sur ces fameuses lentilles.
    La société nous montre qu’elle n’est pas prête, aussi bien du coté du grand publique, mais aussi du coté gouvernemental. Dans des lieux publiques, ces fameux procédés sont déjà interdits à cause d’une soit disant violation de la vie privée (http://www.pcinpact.com/news/78162-un-bar-restaurant-seattle-interdit-google-glass-et-sexplique.htm), et de nouvelles lois ont été crées avant même que les lunettes ne soit sortie, interdisant les utilisateurs de pouvoir les utiliser en voiture… (http://www.zdnet.fr/actualites/la-loi-s-interesse-deja-aux-google-glass-39788632.htm).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s