Bzzz ! Le son de l’électricité, Cécile BABIOLE, Festival GAMERZ, 2012

Bzzz! est une sculpture sonore qui tente de faire entendre et de mettre en espace le son de l’électricité. Un son qui nous entour quotidiennement mais qui se confond dans la masse

La sculpture à une forme circulaire, à l’intérieur de laquelle les spectateurs peuvent se déplacer. Le générateur est placé au centre de ce cercle et génère des vibrations sonores  légèrement amplifiées, reliées aux enceintes fixées sur des pieds de micros à environ 1m80. Cet effet circulaire est accentué par le rayonnement des câbles qui passent au dessus du spectateur et redescendent au niveau du générateur d’ondes sonores. Cette installation de Cécile Babiole nous fait entrer dans une sphère qui met en avant les bruits de la technologie et de l’éléctricité qui la nourrie. Les 24 enceintes produisent 6 sons différent diffuser dans l’espace au même moment, invitent le spectateur à déambuler et trouver des mélanges de sons qui seront bien différents d’un coté à l’autre de la pièce.

Bzzz !! s’inscrit dans une démarche contemporaine utilisant des objets plutôt vintages qui

donnent à cette installation un coté retro et nostalgique, à notre époque où tout est numérique. Alors que tous ces bruits d’électricité mis en avant dans cette pièce paraisse dépassées  par notre époque, il donne par là un hommage au son analogique pur,  le son brut de l’électricité.

De la musique industrielle des années 1980 avec le groupe NOX, à une exploration de la culture électronique et numérique de nos jours, l’artiste s’est développée en coupant à travers le monde de la musique et des arts visuels. Des allées-retours et des mixes  entre les techniques de ces deux arts, qu’elle arrive à combiner avec beaucoup d’originalité et d’ironie.

Cécile Babiole réalise aussi des performance sur cette installation, parfois en collaboration avec Quentin Aurat. Durant ces performances les sons vont être renforcés dans leurs intensités et  leur saturation jouant sur les fréquences et les volumes. L’artiste nous met face à une œuvre percutante au niveau sonore, à certains sons parfois oppressant pour l’oreille, cependant les fluctuations et la possibilité de se déplacer, permet d’échapper à ces sons inaudible, pour aller vers quelque chose de plus homogène.

Video Performance: http://vimeo.com/43567047

Cette oeuvre sonore à pris une place importante dans le festival, elle nous montre la musique inaudible de la technologie, que l’artiste détourne pour créer cette sculpture de tension.

Mathilde LUCIDARME

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s