Les effets spéciaux au cinéma

image blog

« On entend par effets spéciaux numériques les techniques de post production qui permettent de modifier le contenu d’une image par des moyens informatiques en vue de les reporter sur film pour les intégrer au négatif monté.» Larousse cinéma, 2004

Vous souvenez-vous de l’année 1977 ? Georges Lucas premier réalisateur à obtenir l’oscar du «meilleur effet spécial» avec Star Wars. A la base, ce film n’est qu’un projet expérimental, à une époque où la science-fiction connaît une faible popularité. C’est le début des premiers pas de l’informatique au cinéma.

Mais revenons quelques années en arrière. Le «trucage» est l’un des premiers effet à avoir fait surface avec Georges Méliès. Il est le père des effets spéciaux, à son époque, le cinéaste lie la magie avec le cinéma. C’est bien cela la fonction fondamentale de l’effet spécial, user de la magie du cinéma. Méliès créer quelque chose qui intrigue, du jamais vu, un monde à « trucs », apparitions, disparitions, transformations … Sa façon de positionner l’effet au centre de l’image, son montage bien précis, son travail sur le mouvement, sur le corps sont spéctaculaires pour cette époque. Dès lors, les inventions et le progrès technologiques se font sentir. En 1929, le son est un effet spécial, ainsi que le fondu enchaîné, le bruitage, la nuit américaine, l’accéléré…

Le premier grand film de trucages en couleurs est Le Voleur de Bagdad, film deLudwig BergerMichael Powell et Tim Whelan (1940). Chez Godard, nous pouvons également voir l’utilisation du ralenti, des filtres rouges ou bleu dans Pierrot le fou et le Mépris.

Nous arrivons alors en 1977, Star Wars éclate au boxe office avec plus de cinq cent millions de dollars de recettes mondiales, du jamais vu dans la science fiction. C’est aussi la création de la sociéte ILM ( Industrial Light and Magic ), par Lucas. Cette société est l’équipe responsable du tournage des effets spéciaux de Star Wars. Cinq ans après le film de Lucas, Disney présente un film réalisé essentiellement en images de synthèse Tronde Steven Lisberger. La technique prend son envol à partir des années 1990, et depuis, rien ne peut la stopper. James Cameron ouvre le bal avec Terminator 2 (1992), suivi de Jurrasick Park, de Spielberg, un an plus tard. L’image de synthèse connait alors un essor spectaculaire, de nombreux films font succès tel que Batman, Alien … Après une décennie, « d’expérimentation numérique», le début du 21ème siècle modifie l’usage de l’ordinateur. On peut remarquer ce décalage dans le film de James CameronTitanic (1998). Ce n’ est plus l’image de synthèse à tout prix mais l’image de synthèse utile. Son usage est raisonné, l’image de synthèse se situe dans l’eau, dans la buée … On observe également l’utilisation du morphing, procédé qu’il nous avait fait découvrir en 1991, dans Terminator 2. Les images hybrides de ce film sont extraordinaires, le réalisme est convainquant et l’émotion est au rendez vous.

Des progrès considérables ont été réalisés dans le domaine de la synthèse d’images, en particulier sur le plan de leur réalisme. Le cinéma évolue, les outils changent, mais le but est toujours le même, raconter une histoire. La transparence dans l’industrie cinématographique est aujourd’hui devenue une évidence, ils sont devenus plus vrai que nature, et sont utilisées dans la plupart des films au boxe office. Nous pouvons faire référence au film de Jean Pierre jeunetAmelie poulain, ayant intégré l’utilisation des technologies numériques. Ce film présente un univers magique où le spectateur est amené à partager cette vision du monde. De la Lampe Cochon jusqu’à l’ensemble des retouches apportées aux images de Paris, de nombreux effets numériques sont imperceptibles, mais enrichissent l’oeuvre sans trop attirer l’attention du spectateur. Comme dirai Pierre Buffin, studio Buf « Ce qui compte ce n’est pas la technique car elle change tout le temps, c’est la qualité, la justesse de ce qui est montré ou exprimé». Nous pouvons dire que dans le film de Jeunet, nous sommes dans ce cas, ce n’est pas les effets mais la qualité, scénario émouvant, personnages attachants, et jeu d’acteur parfait. Nous remarquons ce mariage de réel et virtuel dans d’autres films comme Forest Gump ou alors Un long dimanche de fiancailles. Les effets spéciaux intéressent le cinéma d’auteur car ils ont su se faire invisibles. Plus vrais que vrais, les trucages brouillent les genres et les pistes.

A partir de 2001, nous découvrons Final fantasy, premier film 3D dont les personnages sont des humains générés infographiquement à partir de capteurs de mouvements réalisés par les acteurs. Mais la plus grande révolution dans le monde de la 3D  va être Avatar, après avoir inventé le morphing, James Cameron nous fait découvrir la caméra Pace/Cameron Fusion, qui permet une capture de mouvement d’une qualité inégalée, elle est si perfectionnée qu’on aboutit à saisir l’expression des visages au plus près… (pores de la peau, textures, tissus, etc.)

Cette année, vous avez du voir ou entendre parler de GravityL’ odyssé de pi ou encore le dernier Scrorses, Le loup de wall street. Effets spéciaux étonnant non ? Entre le bullet time , le photoréalisme et le motion capture, les effets spéciaux sont aujourd’hui omniprésents, même dans les films où ils sont insoupçonnables. La réalisation des effets spéciaux est extraordinaire. Désormais, tout ce retouche, jusqu’à la couleur d’un brin d’herbe. On peut donc dire que l’image numérique fait partie intégrante du cinéma au même titre que le son. Pour l’insdutrie cinématographique, l’informatique est la naissance d’une nouvelle expression artistique. La question maintenant est de savoir ce que l’industrie cinématographique ne pourrait pas faire de nos jours.

ecran-vert-avant-effet-speciaux-05

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s