Le collectif H5

H5 est un collectif qui aujourd’hui regroupe des illustrateurs, réalisateurs, concepteurs, rédacteurs et une quinzaine de directeurs artistiques.

Il a été fondé en 1996 par Ludovic Houplain et Antoine Bardou-Jacquet fraichement diplômé de L’ESAG (Ecole Superieure d’Arts Graphiques Penninghen à Paris) et c’est les coordonnées de l’adresse de leur bureau à Paris qui va leur donner leur nom de scène. C’est d’abord en tant que studio de graphisme qu’ils vont se faire connaître. De 1996 à 2006 ils ont donné à la French Touch une identité graphique en créant des pochettes d’album d’artistes de ce mouvement, qui à l’époque n’était pas encore désigné de French Touch par la presse Anglaise. A ce moment là ils puisaient leur vocabulaire graphique dans les vitrines de magasins, les rayons de grandes surfaces, la réclame, les manuels… Leur style pouvait se définir par le banal, le quotidien, la culture de masse contrairement à la tradition qui se voulait opposée à la culture populaire.

S’inspirant du pop art ils se sont appropriés les outils de communication. Leur but était de répondre précisément et simplement à leurs commandes afin créer des visuels sans éléments de décorations superflus.

Couverture de l’album d’Etienne De Crecy, Super Discount qui sera le manifeste d’une génération que l’on appelle la French Touch

Image

En 1999 H5 a crée leur premier clip d’animation en tant que collectif d’administration. Ils ont réalisé un clip en dessin animé pour Zebda, des animations numériques pour Super Furry Animals. Mais ce sont les typographies animées la chanson The Child de l’artiste Alex Gopher qui leur ouvrira les portes des institutions culturelles, de la publicité et du monde du luxe. Ils ont alors travaillé avec Dior, Kenzo, Audi, Citroên… et ont été nommés au Festival de Cannes, exposés au grand palais…

En 2002 ils réalisent à nouveau un clip et cette fois-ci pour Röyskopp, Remind me, ou ils montrent l’activité quotidienne d’une employée de bureau en se référençant aux codes de communications d’une entreprise, des finances et du marketing. Dans ce clip, définit comme déprimant par un critique anglais, l’individu est vu comme un vulgaire produit robotisé et esclave de la société et du travail. C’est avec ce clip qu’Areva, le géant français du nucléaire, a choisi H5 pour créer une série de films publicitaires afin d’expliquer leur démarche au grand public.

Puis, nous connaissons tous le court-métrage « Logorama » réalisé en 2009, qui à gagné de nombreux prix dont les plus fameux tel que l’Oscar à Hollywood du meilleur court-métrage d’animation en 2010 ainsi que le César du meilleur cour-métrage à Paris en 2011. Ce film d’animation comprends environ 3000 logos qui ont été détournés pour illustrer à la fois les personnages et le décors dans lequel ils évoluent.

En 2012 H5 a exposé à la Gaité Lyrique à Paris, ils avaient pour but de dénoncer la société de consommation à travers une stratégie de marketing. Ils ont inventé une marque : Hello, dont le logo est un aigle. Ils lui ont créé un univers avec des codes, des couleurs et des formes simple afin de donner une vrai identitée à cette marque. Cette exposition dans la continuité de Logorama, nous amène à nous questionner sur notre condition en tant que consommateur et sur ce qui nous entoure dont les techniques du marketing, de la communication et du bombardement médiatique.

Leur travail très stylistique a aussi beaucoup de sens. H5 a toujours été inspiré par la culture populaire et la consommation de masse. On voit depuis leur début dans leurs productions, qui à ce jour sont pluridisciplinaires, une critique de cette société de consommation de masse.

Aujourd’hui le collectif de directeurs artistiques  propose un nouveau projet nommé « Money Time« . Ils appellent les internautes à l’aide pour le financement de ce projet à travers le site de crowdfunding ulule.com. Leur volontée est de créer un film subversif entièrement réalisé en animation 3D. Money Time serait un trip entre une grande plaine aride et l’espace. Il y aurait des images du désert et image du mondes polaire avec pleins de machine.

Ce film se passerait en Russie dans le cercle arctique où des ours polaires flânent. Ils seraient ensuite poursuivis par une armée de monstres d’aciers qui seraient les restes du monde vivant.

Le collectif H5 ont besoin de se financement pour arriver à finir ce film avant la date limite afin de se présenter au selectionneur du festival de Cannes et profiter de l’opportunité de figurer dans la selection du festival. Pour atteindre cet objectif ils sont dans l’obligation de financer une équipe d’ infographistes 2D et 3D, de sound designers… Ils ont besoin d’environ 15 000euros pour la finalisation des images et 5000 euros pour la bande son qui sera mise en musique par le talentueux compositeur Mirwaïs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s