Les puces intelligentes

par Dominique Boullier (lien amazon)

par Dominique Boullier
(lien amazon)

Dans son livre, l’urbanité numérique, essai sur la troisième ville 2100, Dominique Boullier aborde une nouvelle façon de réfléchir la ville. Il sort des idées déjà connues sur la ville numérique. Lorsque l’on parle de ville numérique et qu’on se documente à ce sujet, on trouve généralement des informations concernant les TIC (technologies de l’information et de la communication) ou le développement des moyens de communications.

Dominique Boullier raconte la ville numérique, la troisième ville, par les puces intelligentes, qui selon lui sont l’avenir de l’infrastructure de la ville. Après les deux fonctions principales de la ville, à savoir, la protection des habitants et du territoire, le réseau de circulation (échanges de marchandises, déplacements des habitants, axes de circulation) l’accessibilité, on peut enfin parler d’un nouveau mode production, qui remet en question la construction et la constitution même des infrastructures d’une ville, les puces intelligentes.


Qu’est-ce qu’une puce intelligente ?

Plus connue sous le nom de nanotechnologie, la puce intelligente ou puce électronique est réalisée sur une surface en silicium (la majeure partie du temps) sur laquelle se trouve un assemblage de plusieurs composants interconnectés. (http://www.laas.fr/)

Il donne l’exemple de verre dans lesquels sont intégrés des puces électroniques pour changer l’opacité du verre ou de puces pour récupérer de l’information sur l’état d’un matériau. On parle ici de « transformation au cœur-même de la matière » Il est ainsi possible de piloter de l’intérieur un matériau en agissant directement sur la puce. Les impulsions électriques transmises par les puces électroniques permettent de faire varier les textures ou formes extérieurs. (http://www.rtbf.be/info/societe/detail_une-vitre-intelligente-qui-controle-le-flux-de-lumiere-et-de-chaleur?id=8067443)

C’est une avancé technologique importante et primordiale pour l’avenir de l’infrastructure des villes.

Vers une plasticité de la ville

« Les matériaux incorporent désormais de l’intelligence au cœur même de leurs molécules » raconte Dominique Boullier. Vivre en société contraint l’individu à devoir supporter le bruit de ses voisins, ce qui peut pousser vers des faits divers mortels (http://www.charentelibre.fr/2014/02/01/excede-par-le-bruit-il-tire-sur-son-voisin-a-bout-portant,1877948.php) Des puces intelligentes dans les murs seraient la solution pour une isolation phonique qui rendrait la vie dans les immeubles bien plus agréable pour tout le monde. De même que pour la régulation thermique, avec des puces électroniques directement intégrées dans le béton qui ferait varier ses propriétés et permettrait une isolation thermique. D’anciens bâtiments ou des zones d’habitations abandonnées pourraient se faire une nouvelle jeunesse et accueillir des habitants.

L’évolution et la transformation accélérée de la structure du modèle familiale entre les familles recomposées, les familles monoparentales, les familles se forment, se séparent, sont en constant mouvement. Ces puces électroniques seraient la réponse à cette évolution. Pouvoir bouger des cloisons plus facilement, s’adapter aux fluctuations des familles, des habitants.

Malheureusement, cette nouvelle façon d’entrevoir la ville, avec le silicium comme clef du succès ne reste cependant qu’une idée, un espoir d’avenir. Ces puces électroniques restent pour l’instant très limitées. Dominique Boullier nous projette vers une avancée technologique qui lui parait indispensable pour l’homme.

Mais dans l’état actuel des choses, où en sommes nous vraiment ?

Limites

Les puces intelligentes, puces électroniques, avancent progressivement. L’homme avance à son rythme. Les puces peuvent déjà changé la propriété du verre.

Dans le domaine du bâtiment, Lafarge, le leader français en matière de matériaux de construction, ont mis au point une puce électronique RFID (Radio Frequency Identification)

Puce RFID

Puce RFID

qu’ils implantent dans la masse des couches de béton. Ces puces possèdent toutes les informations se rapportant au bâtiment comme les données du client qui a ordonné le chantier ou encore la date et l’heure de fabrication du bâtiment. (http://www.itmag-dz.com/2013/11/m2m-batiment-intelligent-et-ville-intelligente-lafarge-trace-ses-betons-avec-les-puces-rfid/)

 

L’automobile n’est pas en reste. Goodyear, une entreprise américaine, le troisième fabriquant de pneumatiques au monde et Dunlop, une entreprise britannique de pneumatiques, ont présenté un pneu intelligent durant le salon de l’automobile à Genève. Ils désirent mettre au point des pneus qui pourraient communiquer en temps réel des informations à leurs conducteurs. La puce incorporée au pneu serait capable de rapporter au tableau de bord de l’ordinateur la pression des pneus, la température pour permettre au conducteur d’optimiser son rythme de conduite et de l’adapter en conséquence. (http://www.autosphere.ca/pneumag/2014/03/11/goodyear-incorpore-la-puce-intelligente-dans-des-pneus/)

En agroalimentaire, en Corée, le Groupe Pernod-Ricard prévoie des puces qui permettront de déterminer si une bouteille de vin est une contre-façon ou une véritable bouteille. La puce possèdera toutes informations relatives à la bouteille telles que sa date de cépage, son terroir, son histoire. (http://vivrealetranger.studyrama.com/spip.php?article3081) De plus, les sources remontent seulement à 2003 et 2004, l’apparition des étiquettes intelligentes

Etiquette intelligente

Etiquette intelligente

qui remplacent les anciens codes barres (http://www.echos-judiciaires.com/economie/remplacement-des-codes-barres-des-etiquettes-intelligentes-a2459.html) qui transmettent des informations sur le produit, une traçabilité en temps réel…

 

Une traçabilité, mais à quelle point ? C’est une des conséquences inquiétantes de ses puces intelligentes qui se trouvent maintenant dans la plupart des appareils électroniques qui nous entourent de l’ordinateur à l’électroménager en passant par nos passeports… Les puces de nos passeports contiennent toutes les données de notre vie privée.

En matière de puces pour recueillir les données personnelles des gens, l’homme est déjà équipé. Mais jusqu’où allons-nous pousser le vice ? L’homme s’apprête-t-il à dépasser le cap de la science fiction ou l’a-t-il déjà franchi ? Amal Graafstra, un informaticien américain s’est greffé une puce sous la peau qui lui permet de démarrer sa voiture. (http://fr.myeurop.info/2011/07/11/l-epidemie-de-puces-intelligentes-menace-l-europe-2939) N’est-ce pas une preuve que l’homme est capable de rendre la science fiction réelle ?

Quand est-il de l’urbanité ? De cette plasticité de la ville ? Dominique Boullier n’est-il qu’un visionnaire ? Ou la ville devra-t-elle passer après les informations personnelles de chacun de ses habitants avant que l’on ne s’intéresse à elle ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s