ReveClub – La bibliothèque de rêves

ReveClub est un projet réalisé par Manuel Salvat, artiste plasticien qui vit et travaille à Arles. Ce projet, initié en 2004, se présente sous la forme d’un site internet collaboratif, où chacun peut venir déposer un récit de rêve sous forme écrite, audio ou vidéo. On peut aussi y trouver des récits appartenant à de célèbres réalisateurs, auteurs, etc. comme Raymond Queneau.

Lorsque quelqu’un dépose un rêve sur le site, des mots clés sont associés à ce récit, et son auteur reçoit en retour un rêve ayant des similitudes avec le sien.

Le site offre également une interface de consultation, sous la forme d’un nuage de mots. En cliquant sur n’importe lequel d’entre eux on se voit proposer un rêve correspondant à ce mot clé.

ReveClub accueil

Accueil du site

Une fois sur cette page, on peut :
– consulter d’autres rêves liés au même mot,
– cliquer sur un autre mot associé au précédent,
– cliquer sur un mot qui est proposé au hasard,
– saisir un mot de son choix.

Que ce soit dans les sociétés chamaniques, chez les grecs, au Moyen Age, ou pour les psychanalystes, les rêves ont toujours exercé un fort attrait, d’un point de vue tout autant religieux, historique que psychologique.

Faire d’une récolte de rêves un projet artistique repose justement sur la richesse de ces récits, qui représentent un attrait à la fois :
historique : les rêves peuvent être représentatifs d’une époque dans la mesure où ils sont révélateurs d’un inconscient « collectif ». On ne rêvait probablement pas des mêmes choses au Moyen Age, car les peurs et les joies avaient des sources différentes, étant donné que l’environnement, les conditions de vie, etc. étaient différents. Les rêves, qui au final vont puiser dans notre inconscient, sont forcément « influencés » par notre quotidien, et donc notre vie sociale, religieuse, politique, etc.

Exemple : Devant moi un très grand hologramme à la découpe incertaine et irrégulière, un peu comme une carte. Il représente par collage et images amalgamées un immense et bel appartement de style anglais avec boiseries, objets d’arts, tableaux, grandes plantes. Toute la nuit cet hologramme me scanne le corps. Lorsqu’il repère une zone malade il fait corps avec moi et me répare, des filaments lumineux blancs et un grésillement se manifestent à chaque réparation. Je me réveille extrêmement fatiguée.

littéraire : un rêve est comme une histoire, avec des personnages, des retournements, des décors. Il peut parfois prendre une forme tout à fait être abracadabrantesque et rivaliser avec un roman d’Isaac Asimov en terme d’imagination ! Lire ou écouter un rêve n’est pas si différent d’écouter un conte ou n’importe quelle histoire, car les rêves comportent une dramaturgie qui leur est propre, même si elle est souvent décousue. En mêlant, parfois de manière incohérente, les personnes et objets qui nous entourent, les rêves recréent des situations qui n’ont pas eu lieu, un peu à la manière d’un roman de fiction.

Exemple : Nous faisons un pique-nique au milieu de la route devant chez mes parents à Ruelle sur Touvre. C’est la nuit. Mes amis sont là. Atmosphère sympa. Un grand semi remorque arrive et s’arrête à notre niveau. Nous dégageons la route pour le laisser passer. Il passe doucement et s’arrête en contrebas. Le chauffeur est asiatique. Un tapis roulant très long sort de l’arrière du camion, une incitation à rentrer dans la remorque. Je sens un très grand danger. Quelque chose de terrifiant va se passer si nous rentrons dans le camion. Je dissuade mes amis avec insistance. Le tapis rentre. Le camion repart. L’atmosphère est menaçante (…) Je suis à l’aéroport de Fès et dois récupérer ma voiture. Je découvre qu’elle est immobilisée avec une amende énorme. Je cherche un responsable pour trouver une explication. Un homme m’explique qu’à l’aller je me suis embrouillée avec une femme au guichet. Je ne comprends pas et dément ce fait. Deux femmes arrivent et s’énervent. On me raconte que j’ai aussi fait entrer dans l’aéroport une équipe de hand ball, des garçons très vulgaires qui ont parlé d’une chanteuse, une certaine Lilly dont il ne faut surtout pas parler ici. Incompréhension.

relationnel : créer une « communauté de rêveurs étrangers » met l’accent sur un aspect universel de l’être humain. Tout le monde rêve. Et nos rêves révèlent parfois des choses très personnelles, très intimes à notre sujet. Via ces récits nous pouvons percevoir de manière presque poétique les peurs, joies et doutes de personnes étrangères et ainsi devenir plus sensible aux individus qui évoluent autour de nous et que l’on ne connaît pas.

Exemple : Je suis à la maison, dans la cuisine, quand je vois passer rapidement quelqu’un (quelque chose) devant la fenêtre. Je me dirige vers la porte d’entrée, avec l’intention de l’ouvrir pour savoir de qui (de quoi) il s’agit, quand, à l’instant où je pose ma main sur la poignée, la porte est poussée avec cette autorité absolue qu’aurait pour cela un habitant de la maison, et je me retrouve face à mon double, moi-même sans équivoque, malgré une allure nettement plus jeune. Arborant aussi une petite moustache que je n’ai jamais portée dans la réalité, il me dévisage avec un air de défi mêlé d’ironie, l’air de la jeunesse triomphante. Je recule devant lui avec un sentiment de terreur pure. Croyant pousser des cris, j’ai simplement gémi dans mon sommeil, et cela m’a réveillé.

Ce qui est assez singulier dans ce type de projets artistiques, c’est que l’artiste se trouve plus dans un rôle d’initiateur que de créateur. Il n’est pas celui qui produit le contenu de l’œuvre, il est celui qui créer une situation permettant à des étrangers de partager quelque chose d’intime. Le travail de l’artiste consiste plus à mettre en place des conditions qui vont inciter des personnes à participer à une œuvre en y apportant quelque chose de personnel. Au final, c’est la collection de témoignages qui fait œuvre, par sa faculté à représenter une certaine réalité, vécue par des quidams.

Les initiatives de ce type sont nombreuses, et témoignent de l’intérêt qu’il peut y avoir dans toute la diversité des « matières intimes » de chacun. Nous pouvons citer par exemple:
The Strangers Projet, une récolte de témoignages écrits à la manière d’un journal intime;
Post Secret, une collection de cartes postales customisées sur lesquelles sont inscrits des secrets;
Before I Die I Want To, des murs sur lesquels les gens peuvent écrire une chose qu’ils aimeraient faire avant de mourir;
Memento Vitam, projet étudiant de récolte de souvenirs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s