L’urbanisme, utopies et réalités

L’urbanisme n’est pas dû au hasard. Des architectes, des anthropologues ont longuement travaillé à aménager l’espace urbain.

L'urbanisme, utopies et réalités

Dans son livre « L’urbanisme, utopie et réalités », Françoise Choay énonce les différents modèles qui ont conduit à créer l’urbanisme que nous connaissons aujourd’hui.

Un modèle en particulier se distingue des autres : la Technotopia. Un modèle apparu après la guerre qui remet en question les principes de l’urbanisme et se place hors du temps.

La Technotopia est une façon de penser la ville qui place les nouvelles techniques, le progrès au centre de l’aménagement urbain. Ce modèle  s’adapte aux hommes. La ville se construit en fonction de leurs besoins.

La forte croissance démographique du 20 ème siècle est à l’origine de ce modèle. De nos jours, la Technotopia reste un modèle très actuel qui se soucie étonnamment de la croissance de la population qui ne cesse d’augmenter.

La population mondiale, en 2013, était de 7,091 milliards de personnes. Une croissance de plus de 79 millions de personnes par rapport à 2012 (7,013 milliards) selon l’INED. Cette surpopulation pose de graves questions qui sont un véritable problème pour les hommes qui peuplent cette planète.

Comment loger toutes ses personnes ? Où les loger ?

C’est à ses questions que la Technotopia essaie de répondre. Ce modèle propose d’investir les sous sol, la mer, l’atmosphère et l’espace tridimensionnel. On parle d’une architecture visionnaire qui prône le rêve, le mystère, la poésie.

Les architectes précurseurs de ce mouvement ont imaginés des schémas et des maquettes de ces aménagements urbains.

La ville spatialeYona Friedman invente «  La ville spatiale »  1959 – 1960, une structure spatiale surélevée sur pilotis, qui peut enjamber des zones non constructibles ou même des villes existantes. On parle de la ville tridimensionnelle. Une ville qui multiplie la surface originale de la ville avec des  plans surélevés.

«  Les constructions doivent  toucher le sol en une surface minimum ; être démontables et déplaçables ; être transformables à volonté par l’habitant » Sa ville spatiale constitue une « topographie artificielle » : « une trame suspendue dans l’espace qui dessine une cartographie nouvelle du territoire à l’aide d’un réseau homogène continu et indéterminé. » 

Marina CityL’architecte japonais Kiyonori Kikutaké présente en 1958 le projet «  Marina City » ou « ville flottante », une ville qui investit la surface de la mer et tente de répondre à l’aménagement des méga-villes. Il mélange l’architecture et la technologie avancée pour créer une architecture vivante.

 

« La ville du futur est caractérisée par de grandes structures flexibles et extensibles, pour une population de masse à la croissance organique. »

 

Paris sous seine

Paul Maymont avec son projet « Paris sous Seine » propose une ville souterraine qui regroupe des parkings pour plus de 500 000 voitures et qui offrent un accès rapide vers les grands boulevards périphériques.

 

Trois projets entre science fiction et réalité qui poussent le progrès technique (béton, acier, nouvelles technologies, par exemple les puces intelligentes) au-delà de ses capacités et permet à l’homme de rêver.

Ce modèle d’urbanisme se place comme la base de l’aménagement des villes utopiques.

Instant CityDes groupes d’architectes tels que le groupe Archigram invente des villes flottantes, des bâtiments qui se déplacent et s’adaptent aux habitants.

A leur tour, ils s’interrogent sur la façon se loger au mieux les habitants du 20 ème siècle qui ne cessent de se déplacer.

De nos jours, est-il toujours possible de dire que ce modèle d’urbanisme est encore dans le domaine du rêve voire de l’utopie ? L’homme n’a cessé de faire des progrès en matière d’aménagement urbain. Les sous sols, la mer sont désormais des espaces aménagés.

Centre Eaton Montréal

A Montréal, le centre Eaton, est une ville souterraine, une véritable ville dans la ville avec un accès direct par le métro. Elle accueille plus de 28 millions de personnes chaque année et permet aux canadiens de sortir de chez eux pendant les périodes de grand froid.

 

Palm IslandA Abu d’Habi, le Fairmont Palm Jumeirah, un hôtel se tient sur la mer. On les appelle aussi les Palm Islands. Il s’agit d’une étendue de terre gagnée sur l’eau développée par les Néerlandais, un polder. Avec cette technique plus élaborée que les terres pleins, construire des bâtiments sur l’eau ne sort plus de l’ordinaire.

L’atmosphère reste encore un espace non aménagé mais pendant combien de temps ? Le progrès et les techniques des hommes n’ont pas fini de nous surprendre.

Le Technotopia ne s’arrête pas simplement à l’urbanisme, ses valeurs de rêve et de mystère inspire l’homme et le laisse aspirer à un monde meilleur, une utopie. Un monde qui réduirait les inégalités. Un monde où les rêves des hommes deviendraient réalité.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s