1minute 69 -MadLab

1minute69 est un collectif de passionnée de numérique qui voulaient échangé leurs savoir faire en la matière. Il est fondé en 2011 par Emilie Villemagne et Aurélie Dumaret.

Leur objectif est de créer, diffuser et promouvoir des projets artistiques pluridisciplinaires. Le collectif aujourd’hui rassemble une quinzaine de membres issus d’univers différent mais ayant pour envie commune d’expérimenter, d’échanger leurs connaissances et leur pratique artistique.

Animées par ces valeurs humaines avant tout, la vie et les actions de l’association s’articulent autour de trois axes principaux : créations, collaborations et pédagogie artistique. Ils créent des performances, des installations interactives, des projections architecturales et de la scénographie numérique pour les spectacles vivants. Ils cherchent en permanence à innover en confrontant la matière numérique et la matière plastique. Leurs créations vont interroger les notions de normes et de standard. Entre le réel et le virtuel ils invitent les spectateurs via leur sensation à vivre l’expérience de nouveaux environnements.

Dans beaucoup de leurs projets réalisés avec les artistes venus de champs différents tels que des arts plastiques, de la lumière, de la musique, de la danse, du théâtre ou de la pratique marionnettiste, 1minute69 veulent dynamiser par l’échange. Ils collaborent avec d’autres collectifs et compagnies et leur permettent de découvrir de nouvelles façons de s’exprimer et reflètent une démarche esthétique qui interroge et bouscule les cloisonnements entre les différentes pratiques plastiques. Ils ont aussi développé une activité pédagogique par des ateliers de création artistique et pluridisciplinaire adapté à un large public.

Parmi leur création figure Madlab qui est une installation interactive réalisé lors d’une résidence dans le cadre du projet Digital Storie.
Ils on revisité l’espace de L’hybride à Lille a travers cette installation interactive que l’on pourrait situer entre le laboratoire de recherche et le cabinet de curiosité. C’est une scénographie originale où se mêlent différentes matières tel que la lumière et sons dans une combinaison de sculptures aléatoire d’objets recyclés, création audiovisuelle, image générative et technique de tracking et de mapping vidéo. L’espace d’exposition a été transformé en milieu expérientiel ou le spectateur et le sujet de l’hybridation. L’espace de l’installation permet au public de pénétrer, avec un laser pointeur dans un espace-temps aléatoire et inédit. Les spectateurs peuvent appréhender cette installation de manière collective.
Outre l’outil technologique, le pointeur laser est ici pris comme la continuité du corps du spectateur.

Par rapport au livre de Monique Maza on pourrait catégoriser cette œuvre comme une installation interactive électroniques, ludique où le spectateur est attiré par toute cette technologie interactive. Mais n’a t-elle pas des points commun avec l’installation vidéo des années 1990 que Monique Maza décrit ? Emprunt formel de différents champs artistiques, dispositif informel mais qui est a mis chemin entre celui du cinéma et des arts du spectacle ? On pourrait peut être penser que cette installation (ainsi que le reste des installations de ce collectif) est un mixage des installations vidéo et électronique. Maintenant reste à savoir à quel domaine appartient cette installation ? à l’art pur ? à la technologie ? Cette installation n’est-elle pas dans la continuité de l’installation vidéo?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s