Viridis, la ferme à spiruline

Viridis est une oeuvre réalisée par Gaspard et Sandra Bébié-Valéria. Leur travail regroupe réalité, fiction, virtualité. Il s’agit ici d’une installation qui propose une oeuvre collective et un « jeu-vidéo écologique », ou le joueur s’engage dans la construction d’une unité virtuelle de production de spiruline. La spiruline est une algue aux vertus nombreuses. Le jeu implique de ses différents participants qu’ils s’assurent régulièrement de la maintenance de la ferme et du suivi des différentes étapes de production. Simultanément et dans le réel, la ferme sera connectée à internet et pilotée par l’intermédiaire du jeu-vidéo (ex: farme ville). Elle sera ainsi directement dépendante des actions entreprises sur internet. Cette réalisation n’est pas qu’un exercice de simulation, elle connecte chacune des actions virtuelles à une entreprise concrète. Elle remet également en jeu les problématiques économiques de la production artistique et détourne dans une dynamique critique le virtual management distancié.

viridis_veritable Lire la suite

Publicités

Grégoire Lauvin Landstape, installation sonore, 2012, Galerie Susini.

Cette installation nous amène à la rencontre d’un monde robotique miniaturisé.

C’est une œuvre sonore, l’artiste a d’ailleurs déjà travaillé avec le son, comme dans une installation où la croissance de petites plantes produisait des bruits qui étaient retransmis et amplifiés.

L’œuvre se compose d’un « terrain » surélevé de quelques centimètres du sol, et sur lequel est créé un parcours fait d’une bande magnétique de cassette audio, qui va être parcouru et lu par des robots équipés d’une tête de lecture et d’un haut parleur. Ces petites machines ont été fabriquées par l’artiste uniquement avec des objets de récupération. D’ailleurs, Grégoire Lauvin a prit le parti de laisser visible le moindre composant électronique. Comme si ils laissaient apparaitre leur squelette électronique.

Image Lire la suite

Faites nous confiance, tout a été préparé.

« Ne vous inquiétez pas Mademoiselle, c’est tout à fait normal. Ces petites choses sont fragiles vous savez ! »

Réponse type, lorsque vous demandez à un vendeur en téléphonie pourquoi votre foutu portable a du mal à garder sa batterie pleine plus d’une demie-journée.

Obsolescence programmée serait une réponse plus juste, plus logique mais quasi taboue ou prononcée à demi-mots. Depuis les années 60, cette expression est employée pour décrire sans aucun doute l’un des plus grands maux de nos sociétés “modernes” : la surconsommation.

Lire la suite

« Hommage à New York » / Florent Deloison / Festival Gamerz 2012

Qui n’a jamais joué au casse brique, ce jeu culte et connu de tous ? Ce jeu d’arcade est apparu en 1976 sous le nom de Breakout. Cette toute première version était simple : une raquette, une balle, des briques à casser et une difficulté qui augmente en fonction des niveaux. Au fil du temps, ce jeu n’a cessé d’être repris et modifié ajoutant ainsi des pièges et  autres bonus.

Mais après toutes ces améliorations peut-on dire que l’œuvre « Hommage à New York » de Florent Deloison peut être considérée comme la fin du casse brique, comme la dernière version possible ?

Lire la suite

Bzzz ! Le son de l’électricité, Cécile BABIOLE, Festival GAMERZ, 2012

Bzzz! est une sculpture sonore qui tente de faire entendre et de mettre en espace le son de l’électricité. Un son qui nous entour quotidiennement mais qui se confond dans la masse

La sculpture à une forme circulaire, à l’intérieur de laquelle les spectateurs peuvent se déplacer. Le générateur est placé au centre de ce cercle et génère des vibrations sonores  légèrement amplifiées, reliées aux enceintes fixées sur des pieds de micros à environ 1m80. Cet effet circulaire est accentué par le rayonnement des câbles qui passent au dessus du spectateur et redescendent au niveau du générateur d’ondes sonores. Cette installation de Cécile Babiole nous fait entrer dans une sphère qui met en avant les bruits de la technologie et de l’éléctricité qui la nourrie. Les 24 enceintes produisent 6 sons différent diffuser dans l’espace au même moment, invitent le spectateur à déambuler et trouver des mélanges de sons qui seront bien différents d’un coté à l’autre de la pièce. Lire la suite

Bim Badabim ******* Bim Badabadaboum

Quoi de mieux qu’une onomatopée pour présenter la performance sans titre réalisée par Thomas Royez lors du festival Gamerz 2012 ? Un laps de temps durant lequel cet artiste transgresse les interdits de son enfance pour réaliser un feu d’artifice domestique.

Lire la suite

« Hold on », Maxime Marion et Emilie Brout, festival Gamerz 2012

Un écran, deux boutons, un joystick et un casque pour le son, c’est bien sous la forme d’une borne d’arcade que se présente l’œuvre interactive  Hold on.

Emilie Brout et Maxime Marion, à la fondation Vasarely jusqu’au 28 Octobre 2012

A travers cette œuvre les artistes, Maxime Marion et Emilie Brout, permettent aux spectateurs de revivre des films célèbres à travers un ingénieux système de découpe de séquence.

En effet les artistes ont présélectionné un certain nombre de séquences pour chacun des films dans lesquelles le personnage principal se déplace. Le spectateur/joueur, en actionnant le joystick, peut les faire défiler à sa guise. Ainsi lorsqu’il pousse la manette vers la gauche la séquence jouée montre le protagoniste avançant vers la gauche et ainsi de suite.

Lire la suite