Suicide Room – Jan Komasa

La Chambre des suicidés (Sala samobójców) est un drame polonais écrit et réalisé par Jan Komasa et sorti en 2011 dont le personnage principal est Dominik.

Le film est structuré entre le monde numérique et le monde « réel ». La vie réelle alternent entre les plans des personnages à l’opéra, au bal, au lycée, et au travail des parents de Dominik pour signifier le masque social qui est en oeuvre dans la société.

c3a06nob0shfylmajyb62ogftivLes plans du monde numérique opposent de manière illusoire le web avec les réseaux sociaux (qui perpétuent les normes sociales de la société) et le jeu en ligne qui semble signifier la liberté mais qui, en réalité, a également ses déterminismes.

L’absence de ses parents, le harcèlement de ses camarades et le rejet de la société mènent Dominik à son autodestruction. Le film montre une opposition entre le bal du lycée, symbole du masque et de la parade du rôle social, et la vidéo de scarification, symbole de l’expression de son mal être, la « vérité » d’Hamlet.

Ses parents tentent maladroitement de l’aider mais leur  priorité n’est pas que Dominik aille mieux, mais qu’il puisse effectuer ses obligations. Le baccalauréat, (« Matura » en polonais vient du latin « maturus » qui signifie « mûr ») représente ici le passage à l’âge adulte, la détermination du statut social et l’acceptation de la norme. Dominik refuse donc de passer son bac puisqu’il représente tout ce qu’il rejette. Il rejette également tout ce qui vient de ses parents, modèles de conformisme pour lui.

Dominik embrassent un de ses amis à la soirée du bal pour suivre un pari, la vidéo est likée et commentée sur les réseaux sociaux. La vidéo est d’abord bien reçue socialement parce qu’elle est perçue comme un jeu, mais ce n’est pas un jeu pour Dominik. Quand les autres vont s’en rendre compte, Dominik va subir un harcèlement scolaire et sur les réseaux sociaux. Ce comportement déviant rendu public va le conduire à son repli dans le numérique pour se créer une nouvelle identité et échapper à son rôle assigné par la société. Les réseaux sociaux sont encore trop liées à  l’identité sociale dans la vie « réelle », la pression sociale y est tout autant subi, Dominik va alors se créer un avatar sur un jeu en ligne pour essayer de se débarrasser des normes sociales qui lui sont imposées. Il passe également d’une communauté subie à une communauté choisie.

Capture d’écran 2017-01-06 à 05.56.56.png

Suicide Room est donc un jeu en ligne dans lequel il va rencontrer une communauté de personnes dont Sylwia qui va avoir beaucoup d’influence sur lui. La notion de jeu renvoie au fait de mettre de la distance par rapport aux déterminations de la vie sociale. On dit d’une pièce qui n’est pas entièrement prise dans un mécanisme qu’elle a du jeu, c’est-à-dire une certaine aisance dans ses mouvements et une certaine indépendance par rapport à la machine dont elle fait partie. D’un autre côté, par cette distance et l’appropriation de différents rôles, le jeu permet un apprentissage de la vie collective et constitue un processus de socialisation de l’individu. Dominik refuse le jeu de la société mais il se lie aux autres par le jeu en ligne.

L’avatar est une volonté de prendre forme, d’avoir une présence physique dans le monde numérique. Dominique l’utilise comme un moyen de s’émanciper du masque en société mais aussi comme un moyen de s’en créer un nouveau façonné par ce qu’il a choisi de montrer de lui-même. Le film renvoie au Persona, du verbe latin personare (« parler à travers »), qui est une personne fictive stéréotypée. Le mot latin était utilisé en son origine pour désigner le masque que portaient les acteurs de théâtre antique. Cette notion est utilisée aussi en psychologie analytique et en ergonomie informatique comme archétype d’utilisateur fictif dans la démarche de conception. Dominik et Sylwia passent du rôle dans la société au rôle crée par leur avatar qui est une identité choisie.

Dans les plans d’ouverture, le titre du film est écrit sous la forme d’une adresse web, ce qui donne l’impression que le film s’y déroule à l’intérieur. Avant même que Dominik choisisse de se créer un avatar, sa représentation est constamment en ligne, sur les réseaux sociaux, sur you tube. Le film s’ouvre sur des vidéos en ligne et se finit sur l’instant de la mort de Dominik filmée par un smartphone qui se retrouve froidement sur le net. Dominik n’existe plus physiquement mais son identité numérique restera post-mortem.

La violence des rapports sociaux dans la vie réelle et sur les réseaux sociaux contraste de manière illusoire avec le jeu virtuel dans lequel il a enfin trouvé quelqu’un qui le comprend et qui l’aime. Mais il y a également de la violence dans le monde virtuel ainsi que des codes sociaux : le duel pour gagner sa place à l’intérieur de la communauté,  la violence et le meurtre de Jasper pour garder sa place et la violence psychologique de Sylwia. Dominik a l’illusion d’une liberté mais Sylwia l’enchaine par sa dépendance affective.

Dominik est mis en garde par rapport à l’influence de Sylwia, mais il est trop tard, la manipulation psychologique a déjà fait effet. Il est un héros tragique, implacablement attiré vers sa chute. Le héros tragique est libre et prédestiné; il est innocent et coupable; il est responsable et victime. Suicide Room est en quelque sorte une tragédie 2.0 qui met le personnage face à ses choix et sa détresse dans une société qu’il rejette. Ce parallèle entre virtuel et réel amène l’idée qu’il n’existe pas de lieu idéal dans lequel les règles sociales seraient absentes.

_ _ _

Article rédigé par Liv D’orio 

Publicités

Volumique

Volumique est un studio d’invention, de conception et de développement de nouveaux types de livres, de jeux et de jouets, basés sur la mise en relation du tangible et du numérique. Il est situé à Paris et a été co-fondé par Etienne Mineur. Ils éditent également des livres et des jeux qu’ils mettent en vente sur leur propre site.

 

Aléas est un livre jeu de Julia Spiers qui offre au lecteur la possibilité de construire son propre récit en utilisant une grande variété de tuiles hexagonales.

aleas05-525x350

 

 Balloon paperApp est un livre/jeu utilisant à la fois un livre et un iPad®. Après avoir regardé les illustrations du livre, le lecteur peut assembler une figurine de ballon en papier qu’il dépose sur la tablette. Le paysage défile alors et en jouant avec la taille de l’ombre virtuelle, l’application donne une sensation fort réussie de hauteur.

balloon_041

 

Night of the living dead pixels est à la fois un livre et un jeu vidéo pour iPhone. Il s’agit d’un hommage au film Night of the Living Dead de George A. Romero. La lecture est multiple et des QR codes dissimulés dans les illustrations permettent au smartphone de suivre la progression du lecteur via sa caméra.

dead_16-525x350

 

Labyrinthe, est un livre-jeu illustré par Julia Spiers. Chaque joueur doit tenter de trouver la sortie pour gagner.

julia-06-535x356

 

 

 Le Monde de Yo-Ho est un jeu d’exploration et d’affrontement dans un monde imaginaire teinté de fantaisie. Le jeu est composé d’un grand plateau représentant une partie du monde de Yo-Ho et les pions sont des téléphones.

splash-525x393

La montée en puissance du jeu vidéo indépendant

Depuis le début des années 2000, le jeux vidéo indépendant connait une montée en puissance importante, proposant un renouveau artistique et ludique inconnu jusqu’à présent.

On peut voir le jeu vidéo indépendant de deux façons :
– soit des jeux vidéo créés par des équipes travaillant sans le support financier d’un éditeur de jeux vidéo.
– soit des jeux développés par des équipes conservant leur indépendance de créativité.

Lire la suite

Tomb Raider (1996 – 2013)

L’histoire d’une légende. Devenez cette légende. C’est ce que, depuis sa naissance, Lara Croft « la pilleuse de tombe » nous propose en incarnant son personnage par le biais des jeux vidéos qui lui ont valu le statut d’héroïne, non seulement à travers ses incroyables histoires, mais aussi par son évolution en terme de gameplay, sans évoquer ici les nombreux produits dérivés qui ont renforcé la valeur iconique de ce personnage.

Rick_Dangerous-2Et pourtant, les prémices de Tomb Raider ne se retrouvent pas dans les formes féminines de Lara Croft, car avant sa naissance, Core Design, société d’édition et de développement de jeux invente un autre personnage beaucoup moins charismatique : Rick Dangerous une sorte de remake à la Indiana Jones, version jeu de plateformes 2D.

  Lire la suite

« Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits. » de Christian Salmon

« Storytelling la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits », cet ouvrage met en avant une stratégie de communication qui est en expansion depuis les années 90.
Ecrit par Christian Salmon écrivain et chercheur au CNRS (Centre de recherche sur les arts et le langage) auteur de plusieurs ouvrages développés autour des méthodes de communications.

storytelling

Ce livre est une succession d’anecdotes liées à des analyses de chercheurs et d’écrivains autour de la création, la réalisation et les effets des storytelling. Christian Salmon définit cela « comme un monde virtuel, avec ses machines d’écriture, ses systèmes de traçage et de contrôle, ses engrenage narratifs, ses formats et ses réseaux » Cela s’applique à tout type de structure ou d’organisation, c’est le fait de raconter une histoire à des fins de communication dans un contexte marketing ou politique. Il peut utiliser des histoires réelles ou créer un récit imaginaire lié à la marque ou au produit. Lire la suite

Le cyberespace dans la littérature et le cinéma

Qu’est-ce que le cyberespace ?

Le cyberespace serait un « ensemble de données numérisées constituant un univers d’information et un milieu de communication, lié à l’interconnexion mondiale des ordinateurs » (le Petit Robert).
Lire la suite

Video Mapping: La grande illusion

Le vidéo mapping est de nos jours un medium employé dans beaucoup de domaines ; l’art, la publicité, le théâtre, la danse … Son expansion a commencé il y a un peu plus de 7 ans, le développement de nouvelles technologies va donner des possibilités quasi illimitées aux artistes et créatifs multimédias.

Cependant la réalisation de ces œuvres souvent monumentales n’est pas à la portée de tous, pour un résultat optimal l’utilisation d’un matériel plus sophistiqué  est obligatoire. L’apparition de boites et de collectifs était donc a prévoir. Lire la suite