« Système DIY, Faire soi-même à l’ère du 2.0 » par Étienne Delprat

couverture

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout d’abord, pour comprendre le sujet, il faut déjà savoir de quoi on parle… Il faut donc nous demander : mais qu’est-ce que le Do It Yourself ?

Le DIY (« daille » ou « di-aille-ouaille » pour nos amis anglophones) est une appellation qui signifie littéralement « Faites-le vous-même » en anglais. Elle regroupe la plupart des activités visant à créer, par soi-même, des objets quotidiens, informatiques ou bien artistiques. On associe également à cette philosophie les activités permettant à chacun d’être acteur et pas seulement  consommateur. Par exemple les Fablabs, des ateliers mettant en commun des ressources et des gens autour d’un objectif ; ou bien les différentes manières de faire du recyclage. Ainsi, la création artisanale est une part importante du DIY en permettant à chacun de prendre en main les ressources disponible en se passant des systèmes de consommation classiques.

Lire la suite

Le collectif H5

H5 est un collectif qui aujourd’hui regroupe des illustrateurs, réalisateurs, concepteurs, rédacteurs et une quinzaine de directeurs artistiques.

Il a été fondé en 1996 par Ludovic Houplain et Antoine Bardou-Jacquet fraichement diplômé de L’ESAG (Ecole Superieure d’Arts Graphiques Penninghen à Paris) et c’est les coordonnées de l’adresse de leur bureau à Paris qui va leur donner leur nom de scène. C’est d’abord en tant que studio de graphisme qu’ils vont se faire connaître. De 1996 à 2006 ils ont donné à la French Touch une identité graphique en créant des pochettes d’album d’artistes de ce mouvement, qui à l’époque n’était pas encore désigné de French Touch par la presse Anglaise. A ce moment là ils puisaient leur vocabulaire graphique dans les vitrines de magasins, les rayons de grandes surfaces, la réclame, les manuels… Leur style pouvait se définir par le banal, le quotidien, la culture de masse contrairement à la tradition qui se voulait opposée à la culture populaire.

S’inspirant du pop art ils se sont appropriés les outils de communication. Leur but était de répondre précisément et simplement à leurs commandes afin créer des visuels sans éléments de décorations superflus.

Couverture de l’album d’Etienne De Crecy, Super Discount qui sera le manifeste d’une génération que l’on appelle la French Touch

Image

Lire la suite

1, 2, 3D ! La troisième révolution industrielle ?

8559_makerbot-lands-manhattan-see-their-new-3d-printer-action

Depuis plusieurs années, l’imprimante 3D, cette machine incroyable, est utilisée par les professionnels et est en passe, depuis environ deux ans, de rentrer dans le quotidien de madame et monsieur tout le monde. Mais qui est-elle ? Et quelle est son utilité ?
Certains vont jusqu’à parler d’une troisième révolution industrielle, mais comment un tel objet peut bouleverser nos habitudes de production et de consommation ?
Après des années de stagnation, cette industrie devrait peser 5 milliards de dollars en 2020, selon le cabinet Wohlers Associates. Lire la suite

De la fiction à la réalité

Quand on parle de la 3D aujourd’hui, on pense film, donc image de synthèse que l’on retrouve dans nos cinémas. De nos jours la 3D existe sous de multiples formes que l’on ne peut voir apparaître avec le seul mot 3D. On doit rajouter un mot comme dessin, film, objet… pour savoir de quelle 3D, on parle.

Ce phénomène a fait une réelle apparition commerciale suite au film de James Cameron ,  « Avatar » en 2010. Lire la suite

Politique & Design , le début d’une belle relation ?

Bastien Kerspern, étudiant de l’école de design Nantes Atlantiques, a décidé de traiter dans son mémoire de la relation entre deux thèmes qui le passionnent : la politique & le design. Alors si, comme moi, vous ne vous êtes jamais réellement penché sur le sujet ou si, au contraire, c’est une problématique qui vous passionne, je vous conseille de lire l’article suivant.

Lire la suite

Les panneaux publicitaires ont toujours raison.

« Design & Crime » Hal Foster, éditions les prairies ordinaires.

 

Ce livre est composé de deux parties. Dans la première partie Hal Foster s’emploie à analyser et à définir l’art sous un aspect culturel, mais aussi les connivences entre art, économie, et social. Il aborde l’évolution de nos sociétés comme trame de fond à son analyse en présentant la société du spectacle sous un nouveau jour avec l’apogée des villes globales. Hal Foster observe la montée en puissance du design et l’omniprésence de l’architecture en art. La seconde partie examine la position et le rôle du musée en relation avec l’histoire de l’art. Il aborde également la disparition du statut de « critique d’art » dans nos sociétés. Dans ses écrits Hal Foster tente d’éclairer et de présenter la position de l’art, de la culture, mais aussi du critique aujourd’hui.

Lire la suite